Belize – De Punta Gorda à San Ignacio

Un pied dans la jungle et l’autre dans les Caraïbes, le Belize est plutôt connu pour ses plages paradisiaques, sa mer turquoise, ses resorts grand luxe, et sa « dangerosité ».   J’attendais beaucoup de ce pays, anglais jusqu’en 1981, aux origines Maya, aux influences caraïbeenes et à la culture Garifuna, qui compte que 350 000 habitants (l’équivalent de la ville de Nice), étrange mélange sur le papier. 
Mais le Belize, héritier de ce métissage, est un pays ultra cosmopolite.

Pendant 10 jours nous avons essayé de voir le Belize autrement qu’en carte postale, et autrement qu’en « scène de crime », De Punta Gorda à Hopkins, pour la vie de village de pêcheur, tobacco caye pour les îles et la barrière de corail, San Ignacio pour la vie à l’intérieur des terres. On a pris les bus locaux, dormi et mangé chez les belizéens, ça a été un shoot de bonne humeur et de douceur. 

Ici tout le monde a des dread, même les chiens, et vit en se souciant de son voisin. Et comme dirait notre hôte de Dangriga « nous on a pas une vie économique très forte mais on a la sourire tous les jours ».

Il y a bien sûr une autre réalité au Belize, la vie est très chère, les relations sont conflictuelles avec le Guatemala, et leur nature est en réel danger. Mais ils arrivent à garder cette joie de vivre et cette insouciance. Et c’est cela qui rend ce pays magique, c’est aussi pour ça qu’il mérite d’être connu, pas seulement pour ses plages…

  • Aussi pour sa musique

Une jolie façon de vous introduire dans cette culture, comme nous l’avons été. Notre premier soir fût bercé par un concert de musique Garifuna sur la plage. Envoûtant. 

Une chanteuse, des percussions, le rythme et le rhum nous plongent dans le Belize profond. Voici deux morceaux que j’écoute depuis, non sans émotion. 

Le premier, un clip de Garifuna Collective, tourné en partie à Hopkins oú nous avons vu le concert, et qui montre bien la vie belizéenne. Aussi en dédicace à ce vieux percussionniste rencontré dans le bus, qui me racontait ses live au new morning et à biarritz.

Le second, un live d’Aurelio Martinez, un célèbre musicien belizéen, star du « Paranda », un style de musique aux percussions et chants africains, guitare acoustique et rythmes latino….

  • Aussi pour sa nature en danger

La côte du Belize fait partie des plus grandes barrières de corail des Amériques dont 7 réserves sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco, dont le fameux Blue Hole, un trou de 114 m de profondeur en pleine mer, une vraie réserve marine.

Le Belize regorge aussi de mangrove, de forêts, de jungle…

Mais ce pays aux paysages si extraordinaires, attirent les investisseurs pour station balnéaire, pour qui on rase des forêts pour construire des routes, on bétonne le littoral et j’en passe. Ajoutez à cela un peu de réchauffement climatique et d’exploitation pétrolière en pleine mer, et Leonardo Di Caprio qui veut acheter une île pour en faire un eco-resort de luxe…

Nous touristes, nous avons un rôle à jouer dans le choix des lieux que nous fréquentons en voyage, en étant au plus proche de la nature mais surtout de sa préservation.

  • Aussi pour toutes ses couleurs 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s